Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - Sorbonne Université/CNRS/IRD/MNHN

Zoom Science - Il y a 50 millions d’années, le champ magnétique de la Terre était faible - Décembre 2017

Depuis plus d’un siècle, géologues et géophysiciens s’efforcent de reconstruire les variations temporelles du champ magnétique terrestre, afin de mieux comprendre les processus donnant naissance à ce champ au sein du noyau terrestre, ainsi que l’évolution de la structure interne de notre planète. Les roches ignées ont la faculté d’acquérir une aimantation rémanente dont la direction est parallèle et l’intensité proportionnelle à celles du champ existant au moment de leur refroidissement (le paléochamp). La variation la plus spectaculaire du champ est l’inversion de sa partie dipolaire, lorsque les pôles nord et sud magnétiques permutent à l’échelle de quelques milliers d’années. Près de 300 inversions du dipôle ont eu lieu au cours des 160 derniers millions d’années, mais la fréquence des inversions a beaucoup varié. Il a été par ailleurs établi que préalablement à chaque inversion du champ dipolaire, son intensité diminuait drastiquement. Il pourrait ainsi être tentant de considérer une relation inverse entre intensité moyenne du champ et fréquence des inversions. Une des grandes difficultés est de trouver les roches capables de fournir des paléointensités fiables au delà de quelques dizaines de millions d’années. Grâce à l’expédition océanographique 352 de l’Integrated Ocean Drilling Project (IODP), une scientifique de l’IMPMC, en collaboration avec des collègues de l’Université de Houston et de Géosciences Montpellier, a pu étudier des roches de l’avant-arc d’Izu-Bonin-Mariannes (près de 50 millions d’années) qui confirment la faible intensité du champ géomagnétique dipolaire à cette période.

Télécharger l'article

 

Références

Carvallo, C., Camps, P., Sager, W. W., Poidras, T., 2017.  Palaeointensity determinations and magnetic properties on Eocene rocks from Izu-Bonin-Mariana forearc (IODP Exp. 352), Geophys. J. Int. , 210, 1993–2009


Biggin, A.J., McCormack, A. & Roberts, A., 2010. Palaeointensity database updated and upgraded, EOS, Trans. Am. geophys. Un., 91, 15.


Contact
Claire Carvallo (claire.carvallo @ upmc.fr)

 

19/12/17

Traductions :

    Contact

    Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ upmc.fr)

    Directeur de l'institut

    33 +1 44 27 52 17

     

    Nalini Loret (Nalini.Loret @ upmc.fr)

    Attachée de direction

    33 +1 44 27 52 17

     

    Evancia Mahambou (evancia.mahambou @ upmc.fr)

    Gestion du personnel

    33 +1 44 27 74 99

     

    Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Gestion financière

    33 +1 44 27 56 82

     

    Cécile Duflot (cecile.duflot @ upmc.fr)

    Chargée de communication

    33 +1 44 27 46 86

     

    Expertise de météorites

     

    Expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour les 3e et les Seconde : feriel.skouri-panet@upmc.fr (feriel.skouri-panet @ upmc.fr)

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Sorbonne Université - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590 - Sorbonne Université - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016