Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

Zoom Science - Avril 2015 - Les archives de la Terre : une histoire incertaine de masse et de température ?

La géochimie isotopique s’attache à mesurer et à comprendre les compositions isotopiques des matériaux naturels, traceurs des processus physico-chimiques façonnant notre planète. C’est par exemple le cas des isotopes du fer et de l’oxygène des oxydes de fer qui se forment à la surface de la Terre et reflètent donc les changements des paramètres physico-chimiques liés au fonctionnement des enveloppes fluides de la planète et à son climat. L’interprétation des mesures est cependant conditionnée par la connaissance précise des processus qui conduisent au fractionnement isotopique. Ainsi, dans des conditions d’équilibre thermodynamique, les isotopes s’enrichissent préférentiellement dans certaines phases, au détriment d’autres, en raison des dépendances contrastées à la masse atomique de leurs énergies libres vibrationnelles. Cet effet subtil, d’origine quantique, s’atténue à haute température et reste délicat à quantifier, que ce soit par des étalonnages expérimentaux, par la détermination expérimentale des propriétés spectroscopiques et thermodynamiques des matériaux, ou encore par des approches purement théoriques. Depuis une dizaine d’année, l’IMPMC a développé la modélisation théorique de ces effets de fractionnement, en s’appuyant sur la théorie de la fonctionnelle de la densité (DFT). En collaboration avec des géochimistes isotopiques de l’université de Chicago et des physiciens de l’Argonne National Laboratory, de l’université Lille 1 et du King’s College London, les chercheurs de l’IMPMC ont récemment analysé le fractionnement des isotopes du fer dans la goethite (α-FeOOH).

 

 

 

Téléchargez l'article (647 KB)

 

Référence
"Reduced partition function ratios of iron and oxygen in goethite"
Blanchard M., Dauphas N., Hu M.Y., Roskosz M., Alp E.E., Golden D.C., Sio C.K., Tissot F.L.H., Zhao J., Gao L., Morris R.V., Fornace M., Floris A., Lazzeri M. & Balan E.
GEOCHIMICA ET COSMOCHIMICA ACTA (2015), DOI:10.1016/j.gca.2014.12.006

Cette publication fait l'objet d'un "Science highlight" par l’APS


Contact
Marc Blanchard l IMPMC l Equipe Minéralogie environnementale (MINENV) l T. 01 44 27 98 22 l marc.blanchard @ impmc.upmc.fr

 

Cécile Duflot - 17/02/16

Traductions :

    Contact

    Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

    Directeur de l'institut

    33 +1 44 27 52 17

     

    Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

    Attachée de direction

    33 +1 44 27 52 17

     

    Dany Thomas-Emery (danielle.thomas @ impmc.upmc.fr)

    Gestion du personnel

    33 +1 44 27 74 99

     

    Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Gestion financière

    33 +1 44 27 56 82

     

    Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Chargée de communication

    33 +1 44 27 46 86

     

    Expertise de météorites

     

    Expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour les 3e et les Seconde : feriel.skouri@impmc.upmc.fr (feriel.skouri @ impmc.upmc.fr)

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016