Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

Zoom Science - Mai 2012 - Pnictures de fer : lever l’écran sur certaines propriétés de supraconducteurs à haute température critique

Pnictures de fer : lever l’écran sur certaines propriétés
de supraconducteurs à haute température critique


Les supraconducteurs à haute température critique, comme les cuprates, représentent toujours un défi pour la recherche, car ils échappent  à la description dite « conventionnelle » de la supraconductivité, fondée sur la théorie de Bardeen, Cooper et Schrieffer. A ce jour, il n’existe pas de théorie qui permette de comprendre et de quantifier complètement leurs propriétés et leurs phases. Une nouvelle famille de matériaux s’est récemment ajoutée à ces supraconducteurs, celle des pnictures de fer, qui apporterait des éléments  d’explication sur la supraconductivité à haute température critique. Des théoriciens de l’IMPMC notamment, ont mis à jour certaines propriétés de ces supraconducteurs. Des résultats publiés dans la revue Nature Physics*.


Une propriété qui caractérise les supraconducteurs à haute température critique, est la forte répulsion (ou forte « corrélation ») entre les électrons. Dans les modèles théoriques sur réseau**  cette interaction, représentée par le paramètre U d’Hubbard, repousse les électrons qui se trouvent sur le même site. Or, la détermination de sa valeur pour une description quantitative des matériaux à forte corrélation électronique est souvent très difficile.

Un phénomène-clef qui intervient pour régler cette valeur est l’écrantage. La répulsion, au lieu d’être une affaire entre deux électrons seuls, est réduite par la présence dans le milieu cristallin, des autres électrons, qui réagissent aux perturbations du système. Le processus d'écrantage est donc dynamique. Il se manifeste avec des effets remarquables comme les plasmons, ondes de charge qui écrantent, formant ainsi une sorte d’écran entre l'interaction.


Dans ce travail théorique*, fruit d'une collaboration internationale, on étudie pour la première fois les effets dynamiques de l'écrantage sur les électrons corrélés dans le pnicture de fer BaFe2As2, un des matériaux les plus étudiés actuellement pour sa supraconductivité. Grâce à la théorie du champ moyen dynamique, on donne une interprétation claire aux signatures expérimentales des plasmons vus en photoémission, qui révèle l’énergie des états excités du système.

On montre que les effets d’écrantage dynamique ne s’arrêtent pas seulement aux excitations, mais on découvre qu'ils affectent aussi les propriétés à basse énergie. A dopage optimal pour la supraconductivité et juste au-dessus de la température critique, on trouve que l'interaction écrantée induit un état paramagnétique caractérisé par des degrés de spin presque gelés, qui contribuent à une forte renormalisation de la masse des électrons et à un comportement  non-conventionnel, dit de « non liquide de Fermi ».


Ces résultats montrent comment les pnictures de fer sont très proches d’un régime fortement corrélé, ce qui expliquerait la supraconductivité "non-conventionnelle". Ils montrent aussi comment le modèle théorique avec l’écrantage dynamique est capable d’expliquer et de quantifier plusieurs propriétés physiques. Cela ouvre la voie à une description plus réaliste des matériaux à forte corrélation électronique, avec des applications très importantes dans le domaine, comme l’étude du transport et des propriétés thermoélectriques.

Légende figure :

"Diagramme de phase du BaFe2As2 élaboré d'après calculs théoriques. Les points sur le diagramme représentent les conditions de température et de dopage, prises en compte dans ce travail. La partie jaune du diagramme indique le comportement non conventionnel de la phase paramagnétique. On voit que la phase supraconductrice dopée en trous, se trouve très proche de la phase paramagnétique non-conventionnelle."

* “Satellites and large doping and temperature dependence of electronic properties in hole-doped BaFe2As2” Philipp Werner , Michele Casula , Takashi Miyake , Ferdi Aryasetiawan , Andrew J. Millis & Silke Biermann - Nature Physics (2012) doi:10.1038/nphys2250

**Modèle sur réseau : description « discrétisée » de l’espace, où le continuum est remplacé par des sites qui représentent les noyaux du solide.

Stéphanie Younes - 17/02/16

Traductions :
    La mangrove : un puits pour le CO2 atmosphérique!

    Cyril Marchand, vient de voir son projet de recherche IRD-IMPMC distingué par les Trophées du mécénat d’entreprise pour l’environnement, en février 2012. Cette distinction récompense un projet  toujours d’actualité, initié en 2008, en Nouvelle-Calédonie, sur la mangrove, en tant que puits pour le CO...

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

    Directeur de l'institut

    33 +1 44 27 52 17

     

    Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

    Attachée de direction

    33 +1 44 27 52 17

     

    Dany Thomas-Emery (danielle.thomas @ impmc.upmc.fr)

    Gestion du personnel

    33 +1 44 27 74 99

     

    Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Gestion financière

    33 +1 44 27 56 82

     

    Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Chargée de communication

    33 +1 44 27 46 86

     

    Expertise de météorites

     

    Expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour les 3e et les Seconde : feriel.skouri@impmc.upmc.fr (feriel.skouri @ impmc.upmc.fr)

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016