Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

Pourquoi l’oxyde de Bore se solidifie-t-il sous forme d’un verre désordonné et non d’un cristal régulier ?

L’oxyde de bore se solidifie à température ambiante en un verre désordonné à cause de l’existence de nombreuses formes cristallines différentes dont les énergies de formation sont comparables.

 

Lorsqu’un liquide devient solide, il forme soit un cristal, parfaitement ordonné soit un verre, dont l’organisation des atomes est aussi désordonnée que dans un liquide. Parmi tous les matériaux, l’oxyde de bore (B2O3) présente des propriétés anormales. Contrairement à d’autres formateurs de verres, la phase vitreuse de B2O3 est structuralement très différente des phases cristallines connues. De plus, à pression ambiante, B2O3 se solidifie en verre et ne cristallise jamais ; il faut refroidir le liquide sous une pression dépassant les 4000 atmosphères (0,4 GPa) pour qu’il cristallise. En déterminant les formes possibles de cristallisation de l’oxyde de bore, des physiciens de l’Institut de Minéralogie et de Physique des Milieux Condensés - IMPMC (CNRS - UPMC - IRD) viennent d’expliquer ce phénomène. Ce travail fait l’objet d’une publication dans la revue Nature Materials.

 

Les physiciens ont tout d’abord déterminé toutes les formes possibles de cristallisation de B2O3. Ils ont pour cela utilisé une base de données des réseaux topologiques compatibles avec la géométrie des liaisons chimiques de cet oxyde et ont rempli les noeuds de ces réseaux avec les atomes de bore. Ils ont ensuite optimisé les structures obtenues et déterminé les énergies de formation grâce à des calculs quantiques ab-initio. Ils ont ainsi prédit l’existence de 25 phases cristallines de B2O3 encore inconnues à ce jour. Les propriétés structurales de ces nouvelles phases cristallines sont similaires à celle du verre de B2O3. Comme les énergies de formation de ces cristaux sont très similaires à pression ambiante, aucune de ces structures ordonnées n’est privilégiée : le système se solidifie en un verre désordonné, localement semblable à l’un des cristaux, mais sans ordre global. L’application d’une pression lève la dégénérescence entre les formes cristallines et conduit alors à la formation d’un cristal. En outre, les structures cristallines prédites forment des cages ou des canaux nanométriques, ouvrant ainsi d’intéressantes perspectives pour la synthèse de matériaux nanoporeux.

 

Accéder à l'article complet sur le site de l'INP du CNRS

Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr) - 17/02/16

La mangrove : un puits pour le CO2 atmosphérique!

Cyril Marchand, vient de voir son projet de recherche IRD-IMPMC distingué par les Trophées du mécénat d’entreprise pour l’environnement, en février 2012. Cette distinction récompense un projet  toujours d’actualité, initié en 2008, en Nouvelle-Calédonie, sur la mangrove, en tant que puits pour le CO...

» Lire la suite

Contact

Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

Directeur de l'institut

33 +1 44 27 52 17

 

Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

Attachée de direction

33 +1 44 27 52 17

 

Dany Thomas-Emery (danielle.thomas @ impmc.upmc.fr)

Gestion du personnel

33 +1 44 27 74 99

 

Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Gestion financière

33 +1 44 27 56 82

 

Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Chargée de communication

33 +1 44 27 46 86

 

Adresse postale

Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

 

Adresse physique

Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

 

Adresse de livraison

Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

 

 

Fax : 33 +1 44 27 51 52

L'IMPMC en chiffres

L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

 

  • 40 chercheurs CNRS
  • 46 enseignants-chercheurs
  • 19 ITA CNRS
  • 15 ITA non CNRS
  • 50 doctorants
  • 13 post-doctorants
  • 12 bénévoles

 

 Chiffres : janvier 2016