Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - Sorbonne Université/CNRS/MNHN/IRD

Les premiers solides du système solaire créés en moins de six jours

Une équipe de chercheurs du Centre de recherches pétrographiques et géochimiques (CRPG/CNRS/Université de Lorraine), de l'Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (IMPMC/CNRS/MNHN) et de l'Institut de physique du globe de Paris (IPGP/Université de Paris/CNRS) révèle dans une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences que les premiers solides du Système solaire se sont formés probablement en moins de six jours.

 

Les météorites primitives, ou chondrites, sont des témoins des premiers millions d’années de notre Système solaire, lorsque le jeune Soleil était environné d’un disque de gaz et de poussière, le disque protoplanétaire. Elles sont les vestiges des blocs de construction des planètes telluriques. On trouve en leur sein les plus anciens solides du Système solaire, les inclusions réfractaires, des objets de taille millimétrique et de forme irrégulière. Elles sont appelées ainsi car, selon les modèles thermodynamiques, elles se sont se former à très hautes températures (> 1300°C) lors du refroidissement du disque protoplanétaire. Leur âge détermine celui de notre Soleil, soit 4,567 milliards d’années.

 

Le temps de condensation des inclusions réfractaires n'était en revanche pas connu précisément jusqu'à aujourd'hui. Les datations basées sur des isotopes radioactifs (uranium 235, uranium 238, aluminium 26) suggérait une durée de formation limitée de quelques centaines de milliers d'années. Cette durée pouvait accréditer l’idée d’une condensation très lente lors du refroidissement du disque protoplanétaire mais ne donnait pas réellement d'information sur la durée de formation d'un solide individuel. En outre, pour la plupart des inclusions réfractaires, l'information était brouillée par des épisodes de fusion ultérieurs, rendant impossible la détermination des durées de condensation des premiers solides du Système solaire.

 

Cette nouvelle étude se focalise sur des condensats peu étudiés, les agrégats amiboïdes à olivine (AOA pour l’anglais Amoeboid Olivine Aggregates). Ces témoins de la condensation de l'olivine, le minéral le plus abondant des chondrites, ont largement échappé aux processus de fusion subis par les autres inclusions réfractaires. La détermination de leur composition isotopique en silicium grâce à la sonde ionique du CRPG à Nancy montre des enrichissements en isotopes légers jusqu'à 5 ‰/u. Un tel fractionnement isotopique n'est possible que lorsque le temps de refroidissement des AOAs est plus court que le temps de condensation : une durée estimée entre une journée et une semaine. Les AOAs, et probablement les autres inclusions réfractaires, se sont donc condensés chacun extrêmement rapidement en seulement quelques jours.

 

Cette durée est très courte par rapport au temps de refroidissement global du disque protoplanétaire (quelques centaines de milliers, voire millions d’années), mais aussi aux temps de transport de solides individuels des régions chaudes aux régions froides du disque. Il faut donc envisager des augmentations et diminutions localisées de température, comme certains modèles de turbulence du disque le suggèrent. La matière primordiale du disque protoplanétaire aurait ainsi connu des cycles d’évaporation/recondensation, d’où auraient émergé les condensats, qui auraient rapidement formé des agrégats, incorporés en quelques millions d’années dans des astéroïdes. Ainsi, il y a 4.567 milliards d’années, les plus anciens solides du système solaire se sont formés presque instantanément.

 

En savoir plus :

Y. Marrocchi, J. Villeneuve, E. Jacquet, M. Piralla & M. Chaussidon, Rapid condensation of the first Solar System solids, Proceedings of the National Academy of Sciences, Nov. 2019, 116 (47) 23461-23466, doi : 10.1073/pnas.1912479116

Cécile Duflot - 02/12/19

Traductions :

    Zoom Science - La glace d’ammoniac est-elle stable à l’intérieur de Neptune ? - Septembre 2019

    La molécule d’ammoniac (NH3) est peu abondante sur Terre à l’état naturel, mais son rôle important dans l’industrie chimique, notamment pour la fabrication d’engrais, explique qu’elle soit produite massivement à plus de 100 Mt par an. Sa synthèse, via le procédé Haber, repose sur la réaction du diazote...

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ upmc.fr)

    Directeur de l'institut

    33 +1 44 27 52 17

     

    Nalini Loret (Nalini.Loret @ upmc.fr)

    Attachée de direction

    33 +1 44 27 52 17

     

    Jérôme Normand (jerome.normand @ upmc.fr)

    Gestion du personnel

    Réservation des salles

    33 +1 44 27 74 99

     

    Antonella Initili (Antonella.Intili @ upmc.fr)

    Accueil et logistique

    Réservation des salles

    33 +1 44 27 25 61

     

    Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Gestion financière

    33 +1 44 27 56 82

     

    Cécile Duflot (cecile.duflot @ upmc.fr)

    Communication

    33 +1 44 27 46 86

     

    Contact unique pour l'expertise de météorites

     

    Contact unique pour l'expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour les 3e et les Seconde : feriel.skouri-panet@upmc.fr (feriel.skouri-panet @ upmc.fr)

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Sorbonne Université - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590 - Sorbonne Université - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016