Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - Sorbonne Université/CNRS/MNHN/IRD

Des météorites nous éclairent sur les tout débuts du Système solaire - Communiqué de presse IPGP/CNRS/Université de Paris/MNHN - 12 décembre 2019

© IPGP

Une équipe de chercheurs de l’institut de physique du globe de Paris, d’Université de Paris, du CNRS et du Muséum national d’Histoire naturelle1 a publié, au cours des derniers mois, une série de trois articles qui élucide la formation des premiers minéraux de notre Système solaire. Pour mieux expliquer la portée de ces études, ils publient aujourd’hui une vidéo illustrant leurs travaux.

Version française : https://www.youtube.com/watch?v=IjHAP6oH_R0&feature=youtu.be

Version anglaise :https://youtu.be/8oFEjBXDw7Y

 

Références

"Making the Planetary Material Diversity During the Early Assembling of the Solar System", Francesco C. Pignatale, Sébastien Charnoz, Marc Chaussidon, Emmanuel Jacquet ; 2018, The Astrophysical Journal Letters, 867, L23.

"Fingerprints of the Protosolar Cloud Collapse in the Solar System I: Distribution of presolar short-lived 26Al", Francesco C. Pignatale, Emmanuel Jacquet, Marc Chaussidon, and Sébastien Charnoz ; 2019, The Astrophysical Journal, 844 (1), 31.

"Fingerprints of the protosolar cloud collapse in the Solar System II: Nucleosynthetic anomalies in meteorites", Emmanuel Jacquet, Francesco C. Pignatale, Marc Chaussidon, and Sébastien Charnoz ; 2019, The Astrophysical Journal, 844 (1), 32.

Lire le communiqué de presse (site CNRS)

 

1. Ils travaillent à l’Institut de physique du globe de Paris (IPGP/CNRS/Université de Paris/IGN) et à l’Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (MNHN/CNRS/Sorbonne Université)

Image : © IPGP

Cécile Duflot - 16/12/19

Traductions :

    Zoom Science - Distribution du nickel entre les différentes phases minérales du fer dans les sédiments du lagon de Nouvelle-Calédonie : le rôle ubiquiste des sulfures de fer remis en question ? - Février 2020

    Situés à l’interface entre les continents et l’océan, les milieux sédimentaires littoraux sont particulièrement exposés aux impacts des activités anthropiques. La compréhension des cycles biogéochimiques des éléments au sein de ce compartiment est donc essentielle pour évaluer les échanges Terre-Mer...

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet

    Directeur de l'institut

    guillaume.fiquet(at)upmc.fr

     

    Adrien Nusca

    Responsable administratif

    adrien.nusca(at)upmc.fr

    33 +1 44 27 52 17

     

    Jérôme Normand

    Gestion du personnel

    Réservation des salles

    jerome.normand(at)upmc.fr

     

    Antonella Intili

    Accueil et logistique

    Réservation des salles

    antonella.intili(at)upmc.fr

     

     

    Danielle Raddas

    Responsable financière

    danielle.raddas(at)upmc.fr

     

    Cécile Duflot

    Communication

    cecile.duflot(at)upmc.fr

    33 +1 44 27 46 86

     

    Contact unique pour l'expertise de météorites

     

    Contact unique pour l'expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour élèves de 3e et de Seconde

    feriel.skouri-panet(at)upmc.fr

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Sorbonne Université - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590 - Sorbonne Université - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016