Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

Le jeune Soleil était hyperactif - Alerte presse MNHN - 23 mars 2017

Des chercheurs de l’Institut de Physique du Globe de Paris, du CNRS, du Muséum national d’Histoire naturelle et de l’Université de Paris Diderot ont étudié l’activité solaire dans les premiers millions d’années de vie de notre étoile.

Dans un article publié dans Nature Astronomy ce lundi 20 mars, ils démontrent, à travers des analyses chimiques de météorites, que le jeune soleil a connu des périodes d’éruptions solaires extrêmement violentes, bien plus intenses que ce que l’on connaît de nos jours.

Les inclusions riches en calcium et aluminium, ou inclusions réfractaires, contenues dans les météorites primitives ont été les premiers solides à se former dans le système solaire il y a 4,567 milliards d’années. Ces inclusions réfractaires, formées très près du soleil, renferment donc des indices majeurs sur les processus s’étant déroulés aux origines du système solaire. C’est pourquoi les chercheurs ont étudié des isotopes* rares contenus dans ces inclusions. Les abondances du beryllium-10 et du vanadium-50 mesurées dans les inclusions réfractaires sont beaucoup plus importantes que dans les autres composants de météorites, formés plus loin du Soleil. Seules des réactions nucléaires induites par des éruptions solaires des centaines de milliers de fois plus intenses qu’à l’heure actuelle ont pu produire ces abondances. Les chercheurs ont pu montrer que les inclusions réfractaires avaient passé près de 1 000 ans dans la fournaise près du soleil, probablement à des températures qu’aucun autre type de matière ne pourrait endurer. Ces résultats sont les premiers permettant de retracer l’intense activité du jeune Soleil lors des premiers millions d’années de sa vie.

 

Lire l'alerte presse (site du MNHN)

Cécile Duflot - 24/03/17

Traductions :

    Egalement dans la rubrique

    L’interaction répulsive entre paires de Cooper au cœur de la supraconductivité à haute température critique

    Trente ans après sa découverte en 1986 par Bednorz et Müller, la supraconductivité à haute température critique (HTc) demeure encore une énigme. Deux questions se posent afin de comprendre ce phénomène : quelle est l’origine physique des paires de Cooper et quel est le mécanisme de condensation ? C’est...

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

    Directeur de l'institut

    33 +1 44 27 52 17

     

    Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

    Attachée de direction

    33 +1 44 27 52 17

     

    Evancia Mahambou (evancia.mahambou @ upmc.fr)

    Gestion du personnel

    33 +1 44 27 74 99

     

    Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Gestion financière

    33 +1 44 27 56 82

     

    Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Chargée de communication

    33 +1 44 27 46 86

     

    Expertise de météorites

     

    Expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour les 3e et les Seconde : feriel.skouri@impmc.upmc.fr (feriel.skouri @ impmc.upmc.fr)

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016