Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

Reproduire à l’ordinateur la formation d’acides aminés dans la soupe primordiale - Alerte presse CNRS du 08/09/2014

Grâce à des simulations numériques à l’échelle atomique, des physiciens ont observé la formation spontanée d’acides animés à partir de molécules simples soumises à des champs électriques intenses. Cette première simulation numérique de l’expérience historique de Miller a permis de reconstituer les mécanismes réactionnels en jeu et de déterminer les conditions nécessaires à ces réactions.

 

En 1953, le biochimiste Stanley Miller a conduit une expérience célèbre, démontrant la possibilité d’une formation spontanée des molécules de la vie à partir de molécules simples. Après avoir soumis une « soupe primordiale » à une décharge électrique, il a observé la formation de molécules plus complexes et notamment de glycine, un acide aminé. Cette expérience a donné naissance à la chimie prébiotique et à la recherche moderne des origines de la vie ; des scientifiques ont depuis exploré d’autres sources d’énergie potentiellement capables d’initier ces réactions, tels l’irradiation ultra-violette, les sources hydrothermales, l’impact de météorites, et Miller a poursuivi lui-même ce type d’expériences jusqu’en 2002. Toutefois, ces expériences, menées dans des conditions difficilement contrôlables, produisent de nombreuses molécules, ce qui rend difficile leur interprétation.

 

Pour la première fois, deux physiciens, travaillant respectivement à l’Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (IMPMC, CNRS/UPMC/IRD/MNHN) et à l’lstituto per i Processi Chimico-Fisici/CNR, ont étudié l’effet d’un champ électrique intense sur un mélange de molécules simples à l’aide de simulations numériques permettant le calcul quantique de l’effet d’un champ électrique appliqué à des systèmes moléculaires. Ils ont reproduit la formation d’un acide aminé, la glycine, et déterminé les intermédiaires réactionnels ainsi que les conditions nécessaires à cette réaction. Leurs résultats montrent que le chemin chimique menant à la glycine et aux acides aminés est plus complexe que prévu et met en jeu des composés inattendus, telle la formamide. En outre, les physiciens ont déterminé l’intensité du champ électrique nécessaire pour déclencher les réactions. La valeur obtenue, une cinquantaine de mégavolts par centimètres, est très importante. Toutefois, on trouve de tels champs à la surface deS minéraux. Ce résultat ouvre ainsi de nouvelles perspectives en biogéochimie de la Terre primordiale autant que contemporaine. Ce travail, publié dans la revue PNAS, montre les potentialités des simulations numériques en chimie quantique pour comprendre les mécanismes à l’œuvre dans la formation des molécules prébiotiques et la détermination quantitative de leurs conditions de formation.

 

Lire l'intégralité de l'article sur le site de l'Institut de physique du CNRS

 

Référence :

"Miller experiments in atomistic computer simulations." A. M. Saitta et F. Saija, PNAS, 2014.

 

Contact chercheur :

Antonino Marco Saitta, professeur UPMC

 

 

 

 

 

Cécile Duflot - 17/02/16

Traductions :

    Egalement dans la rubrique

    L’interaction répulsive entre paires de Cooper au cœur de la supraconductivité à haute température critique

    Trente ans après sa découverte en 1986 par Bednorz et Müller, la supraconductivité à haute température critique (HTc) demeure encore une énigme. Deux questions se posent afin de comprendre ce phénomène : quelle est l’origine physique des paires de Cooper et quel est le mécanisme de condensation ? C’est...

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

    Directeur de l'institut

    33 +1 44 27 52 17

     

    Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

    Attachée de direction

    33 +1 44 27 52 17

     

    Dany Thomas-Emery (danielle.thomas @ impmc.upmc.fr)

    Gestion du personnel

    33 +1 44 27 74 99

     

    Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Gestion financière

    33 +1 44 27 56 82

     

    Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Chargée de communication

    33 +1 44 27 46 86

     

    Expertise de météorites

     

    Expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour les 3e et les Seconde : feriel.skouri@impmc.upmc.fr (feriel.skouri @ impmc.upmc.fr)

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016