Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

Les 50 ans du premier laser

 La révolution laser

Le journal du CNRS avril 2010 N° 243 (4 MB)

 

Récit d'une découverte lumineuse

Reconstituer la Terre

En minéralogie, il jouerait plutôt le rôle de luthier. Combiner à la spectroscopie Brillouin (une technique également employée dans les autres disciplines scientifiques), il met à jour les propriétés vibratoires des minéraux, informations dont se servent ensuite, par exemple, les géophysiciens pour imaginer la structure interne de la Terre à partir d’enregistrements d’ondes sismiques. Cette spectroscopie souffre toutefois d’une contrainte : les échantillons analysés doivent être transparents pour être pénétrés par le faisceau laser, ce qui limite singulièrement le nombre de minéraux analysables et l’interdit notamment pour le fer, pourtant constituant principal du noyau terrestre. Pour remédier au problème, Frédéric Decremps, de l’Institut de Minéralogie et de Physique des Milieux Condensés, à Paris, et Laurent Belliard, de l’Institut des Nanosciences de Paris, sont en train d’adapter une méthode d’acoustique laser sous conditions extrêmes. Elle consiste à provoquer dans l’échantillon des mini-tremblements de terre à l’aide d’impulsions laser femtosecondes et à observer ensuite l’échantillon se déformer en direct. « La technique permet de mesurer les vitesses des ondes sonores dans des matériaux opaques de dimensions nanométriques et soumis à des pressions supérieures à un million d’atmosphère », s’enthousiasme le chercheur. Armés de ce nouvel outil, les minéralogistes lèveront peut-être enfin le voile sur la composition chimique et la dynamique du noyau terrestre.

 

16/02/16

La pression pour contrôler le dopage électronique

Le contrôle du dopage dans les semi-conducteurs est à la base du fonctionnement des dispositifs électroniques actuels, constitués de structures hybrides MOS (métal, oxyde, semi-conducteur). L’évolution de ces structures est cependant limitée par le choix restreint des matériaux compatibles avec le silicium...

» Lire la suite

Contact

Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

Directeur de l'institut

33 +1 44 27 52 36

 

Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

Attachée de direction

33 +1 44 27 52 17

 

Dany Thomas-Emery (danielle.thomas @ impmc.upmc.fr)

Gestion du personnel

33 +1 44 27 74 99

 

Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Gestion financière

33 +1 44 27 56 82

 

Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Chargée de communication

33 +1 44 27 46 86

 

Fax : 33 +1 44 27 51 52

L'IMPMC en chiffres

L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

 

  • 40 chercheurs CNRS
  • 46 enseignants-chercheurs
  • 19 ITA CNRS
  • 15 ITA non CNRS
  • 50 doctorants
  • 13 post-doctorants
  • 12 bénévoles

 

 Chiffres : janvier 2016