Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

soutenance de thèse de Estelle Couradeau le 19 avril à 14H30

amphithéâtre de l'Institut de Physique du Globe de Paris, 1 rue Jussieu

Géomicrobiologie des microbialites du lac alcalin d'Alchichica (Mexique)

Résumé :

Les stromatolites sont des structures organo-sédimentaires formées grâce à l’activité des microorganismes. Ils dominent le registre fossile Précambrien et sont parmi les plus anciennes traces potentielles de vie sur Terre. Cependant les processus biotiques et abiotiques à l’origine de leur formation restent peu compris. L’objectif central de ce travail est de contribuer à améliorer notre compréhension de la formation des microbialites modernes, afin de mieux contraindre l’interprétation du registre fossile des stromatolites. Nous avons étudié le système modèle des microbialites modernes du lac alcalin d’Alchichica (Mexique). La première partie de ce travail est dédiée à la description générale des microorganismes et des minéraux du système. Les résultats obtenus nous ont permis de construire un modèle hypothétique des réactions métabolico-géochimiques contribuant à la précipitation ou dissolution des carbonates dans les biofilms des microbialites d’Alchichica. Dans la seconde partie de ce travail, nous avons décrit un gradient de fossilisation de colonies de cyanobactéries de l’ordre des Pleurocapsales dans l’aragonite. Cette étude ouvre des perspectives dans la recherche de microfossiles de cyanobactéries dans les stromatolites fossiles. La troisième partie rapporte la découverte d’un cas de biominéralisation intracellulaire contrôlée chez une cyanobactérie de l’ordre basal des Gloeobacterales. La souche Candidatus Gloeomargarita lithophora produit des inclusions intracellulaires de carbonates de Ba-Sr-Ca-Mg. Les implications de la découverte de ce nouveau patron de minéralisation chez  les cyanobactéries pour l’interprétation du registre fossile ancien sont discutées.

Le jury sera composé de :


Giovanni ALOISI, LOCEAN-UPMC - rapporteur
Rutger De WIT, EcoSym-Montpellier - rapporteur
Magali ADER, Physico-chimie des fluides géologiques, IPGP - examinatrice
Crisogono VASCONCELOS, ETH-Zürich - examinateur
Purificacion LOPEZ-GARCIA, ESE-UPSud - directrice de thèse
Karim BENZERARA, IMPMC-UPMC - directeur de thèse

 

Danielle Emery - 17/02/16

La pression pour contrôler le dopage électronique

Le contrôle du dopage dans les semi-conducteurs est à la base du fonctionnement des dispositifs électroniques actuels, constitués de structures hybrides MOS (métal, oxyde, semi-conducteur). L’évolution de ces structures est cependant limitée par le choix restreint des matériaux compatibles avec le silicium...

» Lire la suite

Contact

Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

Directeur de l'institut

33 +1 44 27 52 36

 

Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

Attachée de direction

33 +1 44 27 52 17

 

Dany Thomas-Emery (danielle.thomas @ impmc.upmc.fr)

Gestion du personnel

33 +1 44 27 74 99

 

Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Gestion financière

33 +1 44 27 56 82

 

Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Chargée de communication

33 +1 44 27 46 86

 

Fax : 33 +1 44 27 51 52

L'IMPMC en chiffres

L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

 

  • 40 chercheurs CNRS
  • 46 enseignants-chercheurs
  • 19 ITA CNRS
  • 15 ITA non CNRS
  • 50 doctorants
  • 13 post-doctorants
  • 12 bénévoles

 

 Chiffres : janvier 2016