Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - Sorbonne Université/CNRS/MNHN/IRD

Soutenance de thèse de Lætitia Gilles-Guéry

Lætitia Gilles-Guéry, doctorante dans l'équipe PALM, soutient sa thèse le mardi 15 décembre à 14h

IMPMC - Campus Pierre et Marie Curie - Salle de Conférence, 4e étage, Tour 22-23, Salle 401 IMPMC, 4, Place Jussieu, 75005 Paris

 

Etude spectroscopique de la couleur des minéraux-gemmes : euclase et béryl

Résumé

Le développement économique des filières gemmifères repose sur la compréhension de la couleur des minéraux-gemmes et l’identification de leur origine. Les travaux de cette thèse se focalisent sur deux silicates de béryllium de qualité gemme : l’euclase et le béryl. L’euclase est une pierre méconnue, rare, valorisable en tant que gemme de collection. Le béryl est une gemme davantage connue et répandue, utilisée en joaillerie. Ces deux gemmes se déclinent en plusieurs couleurs exceptionnelles, notamment, l’euclase rose et le béryl bleu-lagon qui seront étudiés dans cette thèse.

La coloration des gemmes est principalement liée à des ions de métaux de transition, comme le fer et le manganese, et dépend des conditions oxydo-réductrices lors de leur forma- tion. L’utilisation d’une approche multi-techniques spectroscopiques (OAS, RPE, XANES, EXAFS) couplée avec des calculs ab-initio a permis d’obtenir de nouvelles données sur les phénomènes optiques à l’origine de la couleur de ces gemmes.

L’étude spectroscopique des euclases roses, bleues, incolores et zonées a mis en évidence une relation entre la couleur et l’état d’oxydation du Fe et du Mn lors de la formation de ces gemmes, impliquant des conditions oxydo-réductrices spécifiques pour les fluides hydro- thermaux.

La couleur bleue des aigues-marines a été identifiée, mais est toujours sujet à controverse. L’utilisation de la polarisation en spectroscopie (OAS et EXAFS) apporte de nouveaux éléments de réflexion sur la nature du transfert de charge pas intervalence Fe2+→Fe3+ dans les béryls.

Mots-clés : gemmes naturelles ; euclase ; béryl ; couleur ; état d’oxydation ; condition de formation ; valorisation de la ressource.

Spectroscopic study of the color of gemstones : euclase and beryl

Abstract

The economic development of the gem sector is based on the understanding of the gem- stones colors and the identification of their source. This thesis work is focused on two Be- bearing silicates of gem-quality : euclase and beryl. Euclase is an overlooked seldom stone, recognized for its interest to gem and mineral collectors. Beryl is a well-known and wides- pread gem, used in jewellery. These two gemstones present various special colors, as pink euclase and blue-lagoon beryl, which are studied in this thesis.

The coloration of gems is mainly due to transition elements, as iron and manganese, and depending on the redox conditions during their formation. The use of a multi-technical spectroscopic approach (OAS, RPE, XANES, EXAFS) combined with ab-initio calculations allows to get new data about the optical phenomenon at the origin of gem colors.

The spectroscopic study of pink, blue, colorless and zoned euclases shows the relation between the color and the oxidation state of Fe and Mn during the formation of these gems, inducing specific redox conditions for the hydrothermal fluids.

The blue color of aquamarines has been identified, but is still a controversial issue. The use of polarization in spectroscopy (OAS and EXAFS) gives new reflection elements about the nature of intervalence charge transfer Fe2+→Fe3+ in beryls.

Keywords : natural gems ; euclase ; beryl ; color ; oxidation state ; formation condition ; resource development.

Jury

  • M. Didier Gourier – Rapporteur
  • M. Gérard Panczer – Rapporteur
  • Mme Eloïse Gaillou – Examinatrice
  • M. Jean-Claude Boulliard – Examinateur
  • Mme Louisiane Verger – Examinatrice
  • Mme Laurence Galoisy – Directrice de thèse
  • M. Georges Calas – Invité
  • M. Jurgen Schnellrath - Invité

Cécile Duflot - 23/11/20

Traductions :

    Zoom Science - Une transition de phase quantique supraconducteur-isolant mesurée en deux dimensions - Juin 2021

    La transition supraconducteur-isolant en deux dimensions est un prototype de transition de phase quantique pouvant avoir lieu à très basse température, en l’absence de fluctuations thermiques, piloté par la variation d’un paramètre comme le désordre, le dopage, ou le champ magnétique. Elle est étudiée...

    » Lire la suite

    Contact

    A. Marco Saitta

    Directeur de l'institut

    marco.saitta(at)sorbonne-universite.fr

     

    Bruno Moal

    Secrétaire général

    33 +1 44 27 52 17

    bruno.moal(at)sorbonne-universite.fr

     

    Jérôme Normand

    Gestion du personnel

    Réservation des salles

    jerome.normand(at)upmc.fr

     

    Antonella Intili

    Accueil et logistique

    Réservation des salles

    antonella.intili(at)upmc.fr

     

    Ouafa Faouzi

    Gestion financière

    gestionimpmc@impmc.upmc.fr (gestionimpmc @ impmc.upmc.fr)

     

    Cécile Duflot

    Communication

    cecile.duflot(at)upmc.fr

    33 +1 44 27 46 86

     

    Expertiser une météorite

     

    Contact unique pour l'expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour élèves de 3e et de Seconde

    feriel.skouri-panet(at)upmc.fr

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Sorbonne Université - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590 - Sorbonne Université - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016