Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - Sorbonne Université/CNRS/IRD/MNHN

Soutenance de thèse de Jean-Antoine Queyroux

Jean-Antoine Queyroux, doctorant dans l'équipe PHYSIX soutient sa thèse le vendredi 15 décembre 2017 à 14 h à l'IMPMC - campus Jussieu, Tour 23, couloir 23-22, 4e étage, salle 401.

Fusion, structure et diagramme de phases des glaces d’eau et d’ammoniac sous conditions extrêmes de pression et de température

Cette thèse a pour objectif l’exploration des courbes de fusion, de la structure et du diagramme de phases des composés H2O et NH3 sous conditions extrêmes de pression (P <70 GPa) et de température (T < 3000 K). H2O et NH3 sont considérés comme des composants majoritaires des couches intermédiaires des planètes géantes de type Neptune et Uranus, dans lesquelles résident des conditions thermodynamiques extrême (estimées à 10<P<700 GPa, 2000<T<6000 K pour Neptune). Leur étude à P-T variable permet également de suivre l’évolution des interactions moléculaires, en particulier, celles des liaisons hydrogène, en fonction de la densité. Malgré la multitude de travaux expérimentaux et théoriques sur ces deux composés réalisés par le passé, des incertitudes importantes existent encore sur leur courbe de fusion, le domaine de stabilité de la phase superionique et les propriétés physicochimiques du fluide. Ces incertitudes s’expliquent en partie par les difficultés expérimentales pour produire et caractériser finement ces composés sous conditions P-T extrêmes. Dans ce travail, nous utilisons de nouvelles approches expérimentales qui nous ont permis d’obtenir, soit par diffraction des rayons X sur synchrotron, soit par diffusion Raman, de nouvelles données concernant les diagrammes de phase, la fusion et la stabilité chimique de NH3 et H2O dans une large gamme P-T.


Pour NH3, nos travaux ont permis d’établir la courbe de fusion jusqu’à 40 GPa et 2300 K. Nous observons que la température de fusion croît de façon monotone avec la pression, en désaccord avec une étude précédente mais en conformité avec des prédictions théoriques. Nos expériences indiquent également une décomposition chimique de NH3 en N2 et H2 à haute température dont l’importance varie avec la pression. L’exploration du diagramme de phase a également permis de contraindre la position du point triple NH3- III/supérionique/fluide. De surcroît, nous présentons les premières données sur l’évolution de la structure et de la densité du liquide de NH3 à pression variable à 800 K.


Pour H2O, ce travail a permis de déterminer la courbe de fusion jusqu’à 45 GPa et 1500 K. Nos mesures indiquent une rupture de pente vers 15 GPa et une température de fusion plus élevée que prévue par l’extrapolation des données basse pression, en meilleur accord avec la « limite haute » des courbes de fusion de la littérature. Nous observons par ailleurs des indices d’une transition de phase au-delà de 25 GPa et 1000 K vers une phase cubique centrée différente de la phase VII. La possibilité que cette phase soit supérionique est discutée.

 

Cécile Duflot - 15/12/17

Traductions :

    Un piège bactérien à strontium et baryum

    Les cyanobactéries sont des bactéries ubiquistes, capables d’utiliser la lumière pour synthétiser des molécules organiques à partir de dioxyde de carbone et d’eau tout en libérant du dioxygène. Apparues à la surface de la Terre il y a plus de 2,5 milliards d’années, elles ont irrémédiablement transformé...

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ upmc.fr)

    Directeur de l'institut

    33 +1 44 27 52 17

     

    Nalini Loret (Nalini.Loret @ upmc.fr)

    Attachée de direction

    33 +1 44 27 52 17

     

    Evancia Mahambou (evancia.mahambou @ upmc.fr)

    Gestion du personnel

    33 +1 44 27 74 99

     

    Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Gestion financière

    33 +1 44 27 56 82

     

    Cécile Duflot (cecile.duflot @ upmc.fr)

    Communication

    33 +1 44 27 46 86

     

    Expertise de météorites

     

    Expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour les 3e et les Seconde : feriel.skouri-panet@upmc.fr (feriel.skouri-panet @ upmc.fr)

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Sorbonne Université - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590 - Sorbonne Université - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016