Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

Soutenance de thèse de Nina Zeyen

Nina Zeyen, doctoante dans l'équipe Géobiologie (GEOBIO) soutient sa thèse le mercredi 7 décembre à 14 h 30.

IMPMC, Université P. et M. Curie, 4, Place Jussieu, 75005 Paris   Salle de conférence, 4e étage, Barre 22-23, Salle 1.

Etude de microbialites lacustres actuels du Mexique : traçage de l'activité biologique et des conditions environnementales de formation

Résumé
Les microbialites sont des roches organo-sédimentaires dont les processus de formation restent mal compris. L’objectif central de cette thèse est de mieux comprendre les conditions environnementales permettant le développement de microbialites actuels provenant de 10 lacs volcaniques mexicains. Les analyses minéralogiques et chimiques des microbialites ont été couplées aux caractérisations géochimiques des solutions des lacs. Une grande diversité de compositions minéralogiques des microbialites a été observée, comprenant divers carbonates ainsi que la quasi omniprésence de silicates de magnésium authigènes. A partir de cette étude nous proposons une valeur minimale d’alcalinité permettant le développement des microbialites.
De plus, une corrélation positive entre l’alcalinité et la teneur en sodium des lacs est apparue. Cette corrélation pourrait s’expliquer par des niveaux différents d’évaporation des lacs et/ou des degrés différents d’altération des silicates alentours. L’étude plus particulière des silicates de magnésium a révélé que ces phases sont faiblement cristallisées, semblables à la kérolite et se caractérisent par un fort potentiel de fossilisation des microorganismes et de la matière organique. Ces silicates de magnésium sont parfois associés à du fer dont l’origine pose question dans ces environnements alcalins et oxygénés. Par l’étude minéralogique de différents microbialites composés de fer nous avons mis en évidence la présence de différents types de phases porteuses du fer : des hydroxydes doubles lamellaires (hydrotalcites), des oxy(hydroxy)des, des silicates de magnésium et des sulfures. Nous proposons plus spécifiquement que l’hydrotalcite pourrait être issue de l’altération des basaltes par la circulation de fluides souterrains et être incorporée dans les microbialites comme fraction allochimique et proposons plus largement que cette phase pourrait être une phase précurseur des silicates de magnésium abondamment observés dans les microbialites actuels.

 

Abstract


The processes leading to the formation of microbialites, which are organo-sedimentary rocks, are not well understood. The main goal of this thesis is to better understand the environmental conditions allowing the development of modern microbialites. Here we performed geochemical analyses of water solutions and mineralogical analyses of microbialites in 10 Mexican volcanic lakes. We found a large diversity of microbialites in terms of mineralogical composition, with occurrence of diverse carbonate phases as well as the frequent presence of authigenic magnesium silicate phases. From this study, we infer a minimum alkalinity value for the formation of lacustrine microbialites. Moreover, we observe a positive correlation between the alkalinity and the sodium content of the lakes. This may relate to variations in evaporation intensity and/or various degrees of weathering of the surrounding silicates. The study of Mgsilicates revealed that this phase is similar to kerolite, a poorly crystalline hydrated talc phase, and has a strong potential for the fossilization of microorganisms and organic matter. These silicates are sometimes associated with iron, the origin of which remains uncertain in these alkaline and oxidized environments. By the mineralogical study of several microbialites, we found several phases bearing iron: layered double hydroxides (hydrotalcites), Mg-silicates, oxy(hydroxi)des and sulfides. We propose more specifically that hydrotalcite could be the byproduct of basalts weathering by groundwater. We propose more generally that hydrotalcite could be a precursor phase of Mg-silicates abundantly observed in modern microbialites.

 

Composition du jury

  • Emmanuelle Vennin - Professeur Université de Bourgogne - Rapporteur
  • Magali Ader - Professeur IPGP - Rapporteur
  • Giovani Aloisi - CR CNRS - Examinateur
  • Purificacion López-García - DR CNRS - Examinateur
  • Karim Benzerara - DR CNRS - Directeur de thèse

Cécile Duflot - 29/11/16

La pression pour contrôler le dopage électronique

Le contrôle du dopage dans les semi-conducteurs est à la base du fonctionnement des dispositifs électroniques actuels, constitués de structures hybrides MOS (métal, oxyde, semi-conducteur). L’évolution de ces structures est cependant limitée par le choix restreint des matériaux compatibles avec le silicium...

» Lire la suite

Contact

Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

Directeur de l'institut

33 +1 44 27 52 36

 

Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

Attachée de direction

33 +1 44 27 52 17

 

Dany Thomas-Emery (danielle.thomas @ impmc.upmc.fr)

Gestion du personnel

33 +1 44 27 74 99

 

Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Gestion financière

33 +1 44 27 56 82

 

Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Chargée de communication

33 +1 44 27 46 86

 

Fax : 33 +1 44 27 51 52

L'IMPMC en chiffres

L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

 

  • 40 chercheurs CNRS
  • 46 enseignants-chercheurs
  • 19 ITA CNRS
  • 15 ITA non CNRS
  • 50 doctorants
  • 13 post-doctorants
  • 12 bénévoles

 

 Chiffres : janvier 2016