Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - Sorbonne Université/CNRS/MNHN/IRD

Soutenance de thèse de Tobias Wassmann le mardi 18 juin à 14h

INSP, Université P. et M. Curie, 4, Place Jussieu, 75005 Paris
Salle de conférence, 3e étage, Tour 22-23, Salle 317

 

Graphene Nanoribbons: Towards Carbon Based Electronics

 

 

 

 

Résumé
Le graphène, une monocouche d'atomes de carbone disposées en nid d'abeille, a été caractérisé pour la première fois en 2004 et a immédiatement attiré beaucoup d'attention. Il présente des propriétés électroniques uniques et porte le potentiel de jouer un rôle crucial dans une future génération d'électronique. Cependant, son spectre sans gap le rend impropre à l'application directe comme semi-­conducteur. Une façon de contourner ce déficit consiste à concevoir des nanorubans de graphène (GNRs). Dans ces systèmes, un gap s'ouvre en fonction de la largeur et la configuration des bords.
Dans cette thèse, nous présentons des enquêtes sur les GNRs basées sur la théorie de la fonctionnelle de la densité (DFT). D'abord nous discutons la stabilité thermodynamique d'une large gamme de configurations des bords et leurs structures électroniques. Ensuite, pour les plus importants, nous analysons des aspects géométriques et des images simulées de microscope à effet tunnel. Au cours de ces investigations, nous avons trouvé la théorie de Clar de l'hexagone aromatique très utile pour la discussion de nos calculs DFT. Par conséquent, nous proposons une classification des GNRs en fonction de leurs formules Clar. Cela cerne de nombreuses propriétés mieux qu'une classification basée sur l'orientation cristallographique.
La dernière partie de cette thèse traite une petite extension du logiciel DFT du nom Quantum Espresso. En particulier, il s'agit de la mise en ?uvre des corrections à la troisième dérivée de l'énergie électronique dépendantes du gradient de la densité. Cela permettra d'éteindre les enquêtes des phénomènes anharmoniques à l'approximation du gradient généralisé.

Abstract
Graphene, a single layer of carbon atoms arranged in a honey-­comb lattice, was first characterized in 2004 and immediately attracted a lot of attention. It exhibits unique electronic and transport properties and bears the potential to play a crucial role in a future generation of electronic devices. However, its gapless spectrum makes graphene unsuitable for direct application as semiconductor. One way to bypass this shortcoming consists in designing graphene nanoribbons (GNRs). In these systems, an electronic bandgap opens up as a function of the width and the edge configuration.
In this thesis we present investigations of GNRs based on density functional theory (DFT). First we discuss the thermodynamic stability of a broad range of possible edge configurations and their electronic structures. Then, for the most relevant among them, we perform in-­depth analyses of geometric aspects and simulated scanning tunneling microscope images. Throughout these investigations, we found Clar's theory of the aromatic sextet very useful to rationalize our DFT calculations. It is simple and elegant but still sophisticated enough to account for a large number of phenomena. Hence, we propose a classification scheme for GNRs based on their Clar formulae. This captures many properties better than a classification based on the crystallographic orientation.

 

 

Composition du jury
Mme. Cristina BENA
, ingenieure  de recherche à l'Institut de Physique Théorique CEA Saclay, rapportrice
M. Luc HENRARD
, professeur à l'université de Namur, rapporteur
M. Massimiliano MARANGOLO
, professeur à l'université Pierre et Marie Curie, examinateur
M. Abdelkarim OUERGHI
, chargé de recherche CNRS au Laboratoire de Photonique et de Nanostructures Marcoussis, examinateur
M. Francesco MAURI
, professeur à l'université Pierre et Marie Curie, directeur de thèse
M. Michele LAZZERI,
charché de recherche à l'Insitut de Minéralogie et de Physique des Milieux Condensés, invité

 

Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr) - 17/02/16

Traductions :

    Zoom Science - Magnétite : scène de ménage entre le spin et l’orbite - Décembre 2019

    Au cœur de bien des dispositifs magnétiques de l’électronique de pointe, la magnétite par sa simplicité formelle d’oxyde de fer cubique et la complexité avérée de sa structure électronique reste un terrain de jeu pour les physiciens. Quatre membres des équipes Minéralogie et magnétisme de basses dimensionnalités...

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet

    Directeur de l'institut

    guillaume.fiquet(at)upmc.fr

     

    Adrien Nusca

    Responsable administratif

    adrien.nusca(at)upmc.fr

    33 +1 44 27 52 17

     

    Jérôme Normand

    Gestion du personnel

    Réservation des salles

    jerome.normand(at)upmc.fr

     

    Antonella Intili

    Accueil et logistique

    Réservation des salles

    antonella.intili(at)upmc.fr

     

     

    Danielle Raddas

    Responsable financière

    danielle.raddas(at)upmc.fr

     

    Cécile Duflot

    Communication

    cecile.duflot(at)upmc.fr

    33 +1 44 27 46 86

     

    Contact unique pour l'expertise de météorites

     

    Contact unique pour l'expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour élèves de 3e et de Seconde

    feriel.skouri-panet(at)upmc.fr

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Sorbonne Université - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590 - Sorbonne Université - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016