Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

Soutenance de thèse de Julie Cosmidis le mardi 1er octobre 2013 à 14 h

Institut de Physique du Globe de Paris (IPGP), 1 rue Jussieu, 75005 Paris

Amphithéâtre

 

Biominéralisation bactérienne des phosphates de calcium et de fer actuels et fossiles

 

 

 

 

Résumé

Le but de cette thèse est de préciser les mécanismes de formation bactérienne des phosphates de Ca et de Fe et les traces laissées par ce processus dans l?enregistrement géologique.
Des outils ont été développés pour la caractérisation à l?échelle sub-micrométrique des phosphates de Ca grâce au STXM aux seuils L2,3- du Ca, L2,3- du P et K du C, avec des applications à l?étude des (bio-)minéraux phosphatés.
Une étude expérimentale utilisant des souches d?Escherichia coli surexprimant la phosphatase alcaline PHO A a montré que la quantité de PHO A produite par les cellules est le principal facteur contrôlant la biominéralisation de phosphates de Ca. La phase minérale formée, une hydroxyapatite déficiente en Ca, a été caractérisée exhaustivement. Les textures minérales en association aves les bactéries ont été décrites, et l?évolution chimique de la solution au cours de la minéralisation modélisée.
La formation actuelle de phosphates de Fe dans la colonne d?eau du lac Pavin a été associée à des activités bactériennes. L?oxydation du Fe2+ par des bactéries ferroxydantes en présence de fortes concentrations en phosphate inorganique (Pi) induit la précipitation de phosphates de Fe(II)-Fe(III) sous la redoxcline. Des bactéries accumulatrices de polyphosphates pourraient aussi être impliquées dans ce processus de phosphatogenèse.
La caractérisation à l?échelle nanométrique de microfossiles dans une phosphorite récente de la marge péruvienne et un coprolite phosphaté du Paléocène du Maroc (~60 Ma) ont mis en évidence, par comparaison avec des études expérimentales, des traces texturales et chimiques laissées par des bactéries calcificantes dans ces roches.

Abstract

We aimed at investigating the mechanisms of bacterial formation of Ca and Fe-phosphates and determining traces left by bacterial phosphogenesis in the geological record.
Tools were developed allowing a submicrometer-scale characterization of Ca-phosphate (bio)minerals using STXM at the C K-, Ca L2,3- and P L2,3-edges.
Experiments of Ca-phosphate precipitation by engineered E. coli overexpressing the alkaline phosphatase PHO A showed that the amount of this enzyme produced by the cells is a major parameter controlling biomineralization. The mineralogy of the phase formed during these experiments, a Ca-deficient hydroxyapatite, was characterized by SEM, TEM, IR spectroscopy, STXM and NMR. The textural patterns of the minerals formed in association with bacteria were described, and the chemical evolution of the solution during the course of mineralization was modeled.
The modern formation of Fe-phosphates in the water column of the meromictic Lake Pavin was shown to be linked with microbial activities. The oxidation of Fe2+ by Fe-oxidizing bacteria in the presence of high dissolved inorganic phosphate (Pi) concentrations may explain the formation of Fe(II)-Fe(III)-phosphates under the redoxcline. Polyphosphate-accumulating bacteria may participate as well in this process of phosphogenesis.
The characterization at the nanometer-scale of microfossils present in a recent phosphorite from the Peruvian shelf and a Paleocene (~60 Ma) phosphatic coprolite from Morocco shows textural and chemical traces of past calcified bacteria in these rocks, based on comparisons with bacterial fossilization experiments.

 

Composition du jury

Isabelle Daniel (ENS Lyon, Univ. Lyon 1) -  Rapporteur
Rizlan Bernier-Latmani (EPFL Lausanne) - Rapporteur
Bénédicte Ménez (IPGP) - Examinateur
Oleg Pokrovsky (GET Toulouse) - Examinateur
Philippe Janvier (MNHN) - Examinateur
Karim Benzerara (IMPMC, UPMC) - Directeur de thèse
François Guyot (Univ. P7, MNHN)  - Co-directeur de thèse

 

 

Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr) - 17/02/16

Traductions :

    L’interaction répulsive entre paires de Cooper au cœur de la supraconductivité à haute température critique

    Trente ans après sa découverte en 1986 par Bednorz et Müller, la supraconductivité à haute température critique (HTc) demeure encore une énigme. Deux questions se posent afin de comprendre ce phénomène : quelle est l’origine physique des paires de Cooper et quel est le mécanisme de condensation ? C’est...

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

    Directeur de l'institut

    33 +1 44 27 52 17

     

    Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

    Attachée de direction

    33 +1 44 27 52 17

     

    Evancia Mahambou (evancia.mahambou @ upmc.fr)

    Gestion du personnel

    33 +1 44 27 74 99

     

    Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Gestion financière

    33 +1 44 27 56 82

     

    Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Chargée de communication

    33 +1 44 27 46 86

     

    Expertise de météorites

     

    Expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour les 3e et les Seconde : feriel.skouri@impmc.upmc.fr (feriel.skouri @ impmc.upmc.fr)

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016