Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

Soutenance de thèse de Gabrielle Dublet le 7 janvier 2013 à 14 h 00

Salle de visioconférence à Jussieu qui se situe au rez-de-chaussée du bâtiment Atrium (couloir jaune, Porte "Entrée 2").

 

"Relation entre spéciation et distribution du nickel dans les couvertures d'altération latéritique des roches ultrabasiques de Nouvelle-Calédonie"

 

 

Résumé :

Trois profils d’altération du régolithe péridotitique de Nouvelle-Calédonie sont étudiés par spectroscopie d’absorption des rayons X. Ceci permet de confirmer la redistribution de Ni, depuis les minéraux primaires (olivine, pyroxène et serpentine) vers les minéraux néoformés (phyllosilicates secondaires, goethite et oxydes de manganèse), au cours de la latéritisation des roches ultrabasiques. La cristallochimie des phyllosilicates est détaillée, dans les saprolites des profils mais aussi dans des veines serpentinisées de la roche. La distinction de différentes populations de phyllosilicates nickélifères suggère que ceux-ci se seraient formés au cours de différents  processus relayés dans le temps et/ou dans l'espace. L’analyse minéralogique et cristallochimique de la goethite le long des parties latéritiques des profils montre que la maturation de ce minéral, par dissolution-cristallisation, induit une augmentation de sa cristallinité et une diminution de sa teneur en Ni vers la surface. Ce processus est proposé comme explication de la diminution des teneurs globales en Ni depuis la base des latérites vers leur sommet, classiquement observée dans les latérites nickélifères. La présence de latérites remaniées, enrichies en goethite fortement différenciée par ce processus, pourrait expliquer certaines hétérogénéités latérales de teneurs en Ni observées dans les latérites de Nouvelle-Calédonie. Enfin, une analyse XAS montre que la sidérite peut piéger d’importantes proportions de Ni si des environnements riches en matière organique, et donc réducteurs, se développent dans ces altérites nickélifères.

 

Jury :
Cécile QUANTIN (IDES, Université Paris Sud), rapportrice
Emmanuel DOELSCH (CIRAD, Marseille) et ESRF (Grenoble), rapporteur
Gordon E. BROWN Jr. (Dept. of Geological & Environmental Sciences), examinateur
Georges CALAS (IMPMC, UPMC), examinateur
Michel CATHELINEAU (G2R, Nancy), examinateur
Farid JUILLOT (IMPMC, Paris VII et IRD, Nouméa), co-directeur de thèse
Emmanuel FRITSCH (IMPMC, IRD, Nouméa), invité (directeur de thèse)
Guillaume MORIN (IMPMC, CNRS), invité

Danielle Emery - 17/02/16

La pression pour contrôler le dopage électronique

Le contrôle du dopage dans les semi-conducteurs est à la base du fonctionnement des dispositifs électroniques actuels, constitués de structures hybrides MOS (métal, oxyde, semi-conducteur). L’évolution de ces structures est cependant limitée par le choix restreint des matériaux compatibles avec le silicium...

» Lire la suite

Contact

Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

Directeur de l'institut

33 +1 44 27 52 36

 

Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

Attachée de direction

33 +1 44 27 52 17

 

Dany Thomas-Emery (danielle.thomas @ impmc.upmc.fr)

Gestion du personnel

33 +1 44 27 74 99

 

Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Gestion financière

33 +1 44 27 56 82

 

Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Chargée de communication

33 +1 44 27 46 86

 

Fax : 33 +1 44 27 51 52

L'IMPMC en chiffres

L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

 

  • 40 chercheurs CNRS
  • 46 enseignants-chercheurs
  • 19 ITA CNRS
  • 15 ITA non CNRS
  • 50 doctorants
  • 13 post-doctorants
  • 12 bénévoles

 

 Chiffres : janvier 2016