Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - Sorbonne Université/CNRS/IRD/MNHN

L'identification des plus anciennes traces de la vie - Julien Alleon (Site Buffon)

Julien ALLEON - Department of Earth, Atmospheric and Planetary Sciences, MIT, USA

Mercredi 20 décembre 2017 à 14 h 30

IMPMC, Salle des élèves, 2e étage, 61 rue Buffon, Paris 5e

 

Résumé

Les roches terrestres les plus anciennes contiennent potentiellement des informations sur les premières formes de vie ayant évolué sur notre planète. Sur la base des caractéristiques morphologiques et géochimiques de structures présentes dans ces roches, plusieurs études parues récemment concluent à une activité biologique avant 3,8 milliards d’années, voire avant 4,1 milliards d’années. S’inscrivant dans la filiation de précédents travaux ayant été controversés, ces dernières études ont également été contestées, dès leur publication.

Ce dissensus résulte de l’histoire métamorphique complexe de ces roches. Leur mauvais état de préservation rend en effet difficile tant la distinction entre les caractères initiaux du sédiment et ceux dérivés des processus métamorphiques ultérieurs que l’identification et la datation de la source de la matière carbonée trouvée dans ces roches. Si elle est bien susceptible d’avoir préservé des informations sur son origine, cette matière carbonée a subi des conditions de pression et température telles qu’elle se trouve sous la forme de graphite, matériau cristallin constitué exclusivement de carbone. Ainsi, seule la composition de ses isotopes peut renseigner sur son origine, ce qui ne permet ni de dater le processus ayant produit ce graphite, ni de conclure sur l’origine du carbone du fait de l’existence de processus abiotiques pouvant conduire aux mêmes fractionnements isotopiques que les processus biologiques.

Au cours de cette présentation, je situerai mes travaux par rapport à ces débats pour ensuite tenter de dégager ce qui me semble des perspectives prometteuses pour l’identification des traces de vie très anciennes dans les roches.

Cécile Duflot - 15/12/17

Traductions :

    Egalement dans la rubrique

    Les séminaires ailleurs

    Nous avons sélectionné quelques sites sur lesquels sont recensés des séminaires pouvant vous intéresser :
    Semparis : les serveur des séminaires parisiens
    LPTMC
    SOLEIL
    ESPCI
    Laboratoire Léon Brillouin
    INSP
    IPGP
    CEA
    Colloquium Pierre et Marie Curie

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ upmc.fr)

    Directeur de l'institut

    33 +1 44 27 52 17

     

    Nalini Loret (Nalini.Loret @ upmc.fr)

    Attachée de direction

    33 +1 44 27 52 17

     

    Evancia Mahambou (evancia.mahambou @ upmc.fr)

    Gestion du personnel

    33 +1 44 27 74 99

     

    Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Gestion financière

    33 +1 44 27 56 82

     

    Cécile Duflot (cecile.duflot @ upmc.fr)

    Communication

    33 +1 44 27 46 86

     

    Expertise de météorites

     

    Expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour les 3e et les Seconde : feriel.skouri-panet@upmc.fr (feriel.skouri-panet @ upmc.fr)

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Sorbonne Université - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590 - Sorbonne Université - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016