Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

L'étude d'un consortium microbien producteur d'hydrogène - David Ranava

David Ranava - Laboratoire Bioénergétique et Ingénierie des Protéines  - Université de Marseille

Jeudi 14 avril 2016 à 11 h

Résumé

Bien que usuellement étudiés en culture pure, dans la nature, les microorganismes s’organisent au sein de communautés où la concertation de leur métabolisme leur permet de coloniser des endroits peu propices. La biodégradation de la matière organique nécessite un couplage métabolique étroit entre les différents microorganismes impliqués et constitue un modèle de choix pour l'étude des interactions où les relations entre les microorganismes restent mal définies et nécessitent d’être davantage caractérisées. Par ailleurs, le décryptage des couplages métaboliques mis en place entre les différents microorganismes permettrait l’optimisation de ce processus pour la production des composés biotechnologiques comme l'hydrogène. Au cours de ce travail nous nous sommes intéressés à l'étude d'un consortium artificiel composé de Desulfovibris vulgaris Hildenborough, une bactérie à gram négatif ,sulfato-réductrice et de Clostridium acetobutylicum, une bactérie à gram positif et fermentaire. Ces deux bactéries sont retrouvées dans des consortia naturels impliqués dans la dégradation de la biomasse. Nos travaux associant des approches de microbiologie, métabolisme et microscopie ont permis de démontrer l’existence d’une interaction physique et d’échange de molécules cytoplasmiques entre les deux bactéries associés à une réorientation du flux de carbone dans la bactérie C. acetobutylicum qui se traduit par une augmentation de la production d’hydrogène. Ce comportement est étroitement lié aux conditions de stress nutritionnel pour la bactérie D. vulgaris. Le stress nutritionnel, mais aussi les molécules signal jouent un rôle important dans la mise place de cette interaction physique entre les deux bactéries. Nous avons ainsi mis en évidence le rôle de molécules de type AI-2 dans la mise en place de l’interaction et découvert un inhibiteur de cette interaction, produit par D. vulgaris dans certaines conditions. Ce travail a permis d'acquérir de nouvelles connaissances sur les relations métaboliques et les interactions physiques entre les bactéries impliquées dans la biodégradation de la biomasse. Plus largement les travaux réalisés apportent un éclairage nouveau sur le comportement des bactéries gram positif et à gram négatif et leurs interactions au sein d’un consortium. 

Cécile Duflot - 05/04/16

Egalement dans la rubrique

Les séminaires ailleurs

Nous avons sélectionné quelques sites sur lesquels sont recensés des séminaires pouvant vous intéresser :
Semparis : les serveur des séminaires parisiens
LPTMC
SOLEIL
ESPCI
Laboratoire Léon Brillouin
INSP
IPGP
CEA
Colloquium Pierre et Marie Curie

» Lire la suite

Contact

Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

Directeur de l'institut

33 +1 44 27 52 17

 

Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

Attachée de direction

33 +1 44 27 52 17

 

Dany Thomas-Emery (danielle.thomas @ impmc.upmc.fr)

Gestion du personnel

33 +1 44 27 74 99

 

Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Gestion financière

33 +1 44 27 56 82

 

Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Chargée de communication

33 +1 44 27 46 86

 

Adresse postale

Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

 

Adresse physique

Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

 

Adresse de livraison

Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

 

 

Fax : 33 +1 44 27 51 52

L'IMPMC en chiffres

L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

 

  • 40 chercheurs CNRS
  • 46 enseignants-chercheurs
  • 19 ITA CNRS
  • 15 ITA non CNRS
  • 50 doctorants
  • 13 post-doctorants
  • 12 bénévoles

 

 Chiffres : janvier 2016