Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

Universalité de la formation des étoiles dans les filaments : résultats d'Herschel et questions ouvertes - Philippe André - 8 octobre 2015 (Site Buffon)

Philippe André - CEA

 

Jeudi 8 octobre 2015 à 14 h 30

IMPMC - Site Buffon - 61 rue Buffon, Paris 5e (entrer par le 43 rue Buffon, plan Vigipirates oblige)

Salle des élèves - 2e étage

 

 

 

Résumé

 

L'observatoire spatial Herschel a fourni des images du ciel d’une finesse inégalée de l'infrarouge lointain au submillimétrique entre fin 2009 et début 2013. Il a permis des avancées très significatives dans notre compréhension du lien entre la structure du milieu interstellaire et le processus de formation stellaire.
Dans tous les nuages moléculaires proches de notre Galaxie, les images obtenues avec Herschel révèlent une texture filamentaire "quasi-universelle" ainsi que de nombreux cœurs denses "pré-stellaires" situés le long des filaments. Ces filaments ont tous une largeur très similaire de l'ordre de ~ 0.1 pc mais seuls les plus denses contiennent des cœurs pré-stellaires, les germes de futures étoiles. Les résultats des études conduites avec Herschel suggèrent un scénario dans lequel les filaments interstellaires et les cœurs pré-stellaires représentent deux étapes clés du processus de formation stellaire : dans un premier temps, la turbulence MHD à grande échelle génère des structures filamentaires dans le milieu interstellaire;
dans un deuxième temps, les filaments les plus denses se fragmentent en cœurs pré-stellaires par instabilité gravitationnelle. Ce scénario permet de rendre compte au moins en partie de la masse caractéristique des étoiles, de l'inefficacité globale de la formation des étoiles et de son efficacité quasi-uniforme dans le gaz moléculaire dense des galaxies. En dépit de son apparente complexité, la formation des étoiles
pourrait obéir à des lois relativement simples et quasi-universelles depuis l'échelle des filaments interstellaires jusqu'à celle des galaxies. Cependant de nombreuses questions subsistent, notamment sur le rôle exact du champ magnétique et sur les propriétés des filaments dans les galaxies extérieures, qui montrent le besoin d'études futures avec des instruments comme la voie polarimétrique de la nouvelle caméra NIKA-2 du télescope de 30m de l'IRAM et des interféromètres comme ALMA et NOEMA.

Cécile Duflot - 17/02/16

Egalement dans la rubrique

Les séminaires ailleurs

Nous avons sélectionné quelques sites sur lesquels sont recensés des séminaires pouvant vous intéresser :
Semparis : les serveur des séminaires parisiens
LPTMC
SOLEIL
ESPCI
Laboratoire Léon Brillouin
INSP
IPGP
CEA
Colloquium Pierre et Marie Curie

» Lire la suite

Contact

Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

Directeur de l'institut

33 +1 44 27 52 36

 

Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

Attachée de direction

33 +1 44 27 52 17

 

Dany Thomas-Emery (danielle.thomas @ impmc.upmc.fr)

Gestion du personnel

33 +1 44 27 74 99

 

Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Gestion financière

33 +1 44 27 56 82

 

Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Chargée de communication

33 +1 44 27 46 86

 

Adresse postale

Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

 

Adresse physique

Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

 

Adresse de livraison

Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

 

 

Fax : 33 +1 44 27 51 52

L'IMPMC en chiffres

L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

 

  • 40 chercheurs CNRS
  • 46 enseignants-chercheurs
  • 19 ITA CNRS
  • 15 ITA non CNRS
  • 50 doctorants
  • 13 post-doctorants
  • 12 bénévoles

 

 Chiffres : janvier 2016