Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

Séminaire Site Buffon - Vendredi 14 février 2014 à 11 h

IMPMC - Site Buffon - 61, rue Buffon, Paris 5e

Salle des élèves - 2e étage

Couplage minéralogique-isotopique à petite échelle : vers une meilleure compréhension des conditions environnementales au Précambrien

 

Johanna Marin-Carbonne, Institut de Physique du Globe de Paris

 

Résumé

 

L’évolution de la vie sur Terre est intimement liée à celle des conditions de surface, particulièrement aux interfaces entre lithosphère, atmosphère et hydrosphère. Reconstruire les conditions environnementales passées nécessite de pouvoir découpler de manière précise les signatures géochimiques primaires témoins de ces conditions environnementales, des signatures abiotiques ou biotiques de l’histoire postérieure au dépôt de ces roches.  Cette tâche est ardue étant donné que les enregistrements géologiques datés de l’Archéen (3,8-2,5 Ga) sont rares et souvent peu préservés. De plus, les traceurs géochimiques et les biomarqueurs sont souvent altérés par la diagenèse et les circulations fluides voire par une activité microbienne de subsurface postérieure au dépôt de ces roches. Une manière de distinguer ces différents processus est de coupler plusieurs traceurs isotopiques à l’échelle d’un minéral. Cette approche est ainsi fondée sur l’étude détaillée de la pétrologie et de la minéralogie associée a l’analyse in situ des compositions de divers traceurs isotopiques (oxygène, silicium, fer et soufre). Il est ainsi possible de mettre en évidence des variations des compositions isotopiques à petite échelle qui peuvent être primaires et donc liées à l’environnement de précipitation du minéral ou secondaires car créés par la diagénèse, le métamorphisme ou l’hydrothermalisme dans le cas de roches terrestres. Au cours de ce séminaire, je présenterai deux études de cas : les cherts et les nodules de pyrites qui permettent de reconstituer d’une part la température et d’autre part l’évolution des conditions redox de l’océan en tenant compte de la diagénèse de ces roches et minéraux.

 

Contact : Jennifer Miot (jmiot @ mnhn.fr)

Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr) - 17/02/16

Traductions :

    Egalement dans la rubrique

    Les séminaires ailleurs

    Nous avons sélectionné quelques sites sur lesquels sont recensés des séminaires pouvant vous intéresser :
    Semparis : les serveur des séminaires parisiens
    LPTMC
    SOLEIL
    ESPCI
    Laboratoire Léon Brillouin
    INSP
    IPGP
    CEA
    Colloquium Pierre et Marie Curie

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

    Directeur de l'institut

    33 +1 44 27 52 17

     

    Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

    Attachée de direction

    33 +1 44 27 52 17

     

    Dany Thomas-Emery (danielle.thomas @ impmc.upmc.fr)

    Gestion du personnel

    33 +1 44 27 74 99

     

    Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Gestion financière

    33 +1 44 27 56 82

     

    Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Chargée de communication

    33 +1 44 27 46 86

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016