Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

HDR de Marc Blanchard - Jeudi 9 juillet 2015 à 10 h

Université P. et M. Curie, 4, Place Jussieu, 75005 Paris

Amphi Charpak (RdC, entre les tours 22 et 23)

 

 

"Apport de la modélisation moléculaire a l'étude cristallochimique et isotopique des minéraux"

 

 

 

 

 

 

 

Défaut mixte OH-F dans une forstérite

 

Résumé

Après une thèse de minéralogie expérimentale portant sur la diffusion de l'hydrogène dans les minéraux mantelliques, je me suis formé à la modélisation moléculaire (post-doc au DFRL, University College London, puis à l'IMPMC, Paris). J'ai été recruté au CNRS en 2008 pour intégrer l'équipe de "Minéralogie Environnementale" de l'IMPMC. Depuis ma thèse, mon activité de recherche est centrée sur la compréhension et la modélisation à l'échelle moléculaire des mécanismes impliquant des minéraux, au cours de certaines étapes fondamentales des cycles bio-géochimiques des éléments en profondeur ou à la surface de la Terre. La modélisation moléculaire offre la possibilité de relier de manière univoque un modèle structural aux diverses propriétés énergétiques (stabilité relative des systèmes étudiés, énergie libre), structurales (mesurées par les techniques de diffraction, de spectroscopie d'absorption des rayons X), vibrationnelles (spectroscopie infrarouge et Raman) et isotopiques (expériences d'échange isotopique, spectroscopie Mössbauer et NRIXS); propriétés que nous mesurons nous-mêmes ou au travers de collaborations. L'approche adoptée qui combine principalement la modélisation moléculaire avec les techniques spectroscopiques tend à renforcer les liens entre minéralogie et géochimie. Dans ce contexte, mon activité de recherche s'organise suivant les trois axes suivant: (i) Cristallochimie des éléments volatils en conditions mantelliques, (ii) Cristallochimie des minéraux de basse température, (iii) Modélisation des fractionnements isotopiques.

 

 

Composition du jury

- M. Laurent  Charlet (Professeur,  ISTerre - Université Joseph Fourier Grenoble), rapporteur
- M. Marc Chaussidon (DR CNRS, IPGP), rapporteur
- M. Patrick Cordier (Professeur, UMET - Université Lille 1), rapporteur
- M. Guillaume Morin (DR CNRS, IMPMC - UPMC)                   
- Mme Chrystèle Sanloup (Professeur, ISTeP - UPMC)       

Cécile Duflot - 16/02/16

La pression pour contrôler le dopage électronique

Le contrôle du dopage dans les semi-conducteurs est à la base du fonctionnement des dispositifs électroniques actuels, constitués de structures hybrides MOS (métal, oxyde, semi-conducteur). L’évolution de ces structures est cependant limitée par le choix restreint des matériaux compatibles avec le silicium...

» Lire la suite

Contact

Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

Directeur de l'institut

33 +1 44 27 52 36

 

Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

Attachée de direction

33 +1 44 27 52 17

 

Dany Thomas-Emery (danielle.thomas @ impmc.upmc.fr)

Gestion du personnel

33 +1 44 27 74 99

 

Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Gestion financière

33 +1 44 27 56 82

 

Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Chargée de communication

33 +1 44 27 46 86

 

Fax : 33 +1 44 27 51 52

L'IMPMC en chiffres

L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

 

  • 40 chercheurs CNRS
  • 46 enseignants-chercheurs
  • 19 ITA CNRS
  • 15 ITA non CNRS
  • 50 doctorants
  • 13 post-doctorants
  • 12 bénévoles

 

 Chiffres : janvier 2016