Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - Sorbonne Université/CNRS/IRD/MNHN

Faits marquants

 

Extension du domaine de la modélisation ab initio aux pertes d'énergie vibrationnelles

En combinant une approche s'appuyant sur la théorie de la fonctionnelle de la densité et en introduisant le formalisme électrostatique nécessaire à la prise en compte des spécificités expérimentales de la mesure des pertes d'énergie des électrons dans un microscope en transmission, nous avons montré qu'il était possible de modéliser quantitativement les spectres de pertes d'énergie vibrationnelle mesurés sur des cristaux moléculaires.

 

 

Référence

"First-principles vibrational electron energy loss spectroscopy of β-guanine"

G. Radtke, D. Taverna, M. Lazzeri and E. Balan, PHYSICAL REVIEW LETTERS 119, 027402 (2017)

 

 

 

Les fluctuations des noyaux sondées par les spectroscopies d’absorption des rayons X et de résonance magnétique nucléaire

Le plus souvent les calculs de structure électronique des solides sont effectués à partir de positions atomiques figées alors que, dans la réalité, les atomes sont soumis à des fluctuations thermiques de nature quantique, dont l’impact peut être remarquable en spectroscopie d’absorption des rayons X (XANES) et de résonance magnétique nucléaire (RMN). Nous avons mis au point une méthode basée sur la théorie de la fonctionnelle de la densité visant à inclure les vibrations dans le calcul des spectres, dans le but d’interpréter et prédire leur évolution en température. Dans le cas du XANES, nous montrons comment les phonons révèlent des transitions électroniques interdites lorsque le solide est dans sa configuration nucléaire d’équilibre.

 

 

Référence

"Temperature depend ence of X-ray absorption and nuclear magnetic resonance spectra: probing quantum vibrations of light elements in oxides."

Nemausat R., Gervais C., Brouder C., Trcera N., Bordage A., Coelho-Diogo C., Florian P., Rakhmatullin A., Errea I., Paulatto L., Lazzeri M. and Cabaret D. PHYSICAL CHEMISTRY CHEMICAL PHYSICS 19, 6246–6256 (2017)

 

 

 

Exchange interaction and the charge-density-wave instability in TiSe2

The exchange interaction is due to the exchange symmetry of the wave function of indistinguishable particles, and hence of quantum mechanical origin. In standard ab-initio calculations based on local approximations to the exchange-correlation energy (e.g. LDA and GGA) this interaction is only partially captured. In this work we show that the fully nonlocal description of exchange is needed to capture the physics of TiSe2. The exchange interaction provides two competing effects, a short range repulsive interaction, important for the electronic band structure, and a long-range attractive electron-hole interaction which cooperates with the electron-phonon interaction to induce the charge-density-wave transition in TiSe2.
 

Reference

"Critical Role of the Exchange Interaction for the Electronic Structure and Charge-Density-Wave Formation in TiSe2"

Hellgren M., Baima J., Bianco R., Calandra M., Mauri F., and Wirtz L., PHYSICAL REVIEW LETTERS 119, 176401 (2017)

 

 

 

Des effets relativistes à la portée de tous (les atomes)

Au cours des dernières années, les chercheurs se sont intéressés aux effets relativistesdans les solides qui permettent de distinguer deux états électroniques avec spin opposés sous l’effet d’un champ électrique intense, E. Typiquement, cet effet (dit Rashba) est observé dans des solides contenant des atomes lourds, où la vitesse des électrons est relativiste (proche de la vitesse de la lumière). Pour cette raison, les études récentes en vue d’applications spintroniques se sont focalisées sur des matériaux contenant des atomes des atomes de numéro atomique élevé.

 

Référence

"Rashba coupling amplification by a staggered crystal field"

David Santos-Cottin, Michele Casula, Gabriel Lantz, Yannick Klein, Luca Petaccia, Patrick Le Fèvre, François Bertran, Evangelos Papalazarou, Marino Marsi & Andrea Gauzzi Nature Communications, 7, 11258 (2016)

 

07/12/17

Traductions :

Egalement dans la rubrique

Un piège bactérien à strontium et baryum

Les cyanobactéries sont des bactéries ubiquistes, capables d’utiliser la lumière pour synthétiser des molécules organiques à partir de dioxyde de carbone et d’eau tout en libérant du dioxygène. Apparues à la surface de la Terre il y a plus de 2,5 milliards d’années, elles ont irrémédiablement transformé...

» Lire la suite

Contact

Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ upmc.fr)

Directeur de l'institut

33 +1 44 27 52 17

 

Nalini Loret (Nalini.Loret @ upmc.fr)

Attachée de direction

33 +1 44 27 52 17

 

Evancia Mahambou (evancia.mahambou @ upmc.fr)

Gestion du personnel

33 +1 44 27 74 99

 

Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Gestion financière

33 +1 44 27 56 82

 

Cécile Duflot (cecile.duflot @ upmc.fr)

Chargée de communication

33 +1 44 27 46 86

 

Expertise de météorites

 

Expertise de matériaux et minéraux

 

Stages d'observation pour les 3e et les Seconde : feriel.skouri-panet@upmc.fr (feriel.skouri-panet @ upmc.fr)

 

Adresse postale

Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

Sorbonne Université - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

 

Adresse physique

Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590 - Sorbonne Université - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

 

Adresse de livraison

Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

 

 

Fax : 33 +1 44 27 51 52

L'IMPMC en chiffres

L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

 

  • 40 chercheurs CNRS
  • 46 enseignants-chercheurs
  • 19 ITA CNRS
  • 15 ITA non CNRS
  • 50 doctorants
  • 13 post-doctorants
  • 12 bénévoles

 

 Chiffres : janvier 2016