Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

Nanoparticules magnétiques

  •  Nanomagnétites biogéniques

Nous étudions les magnétites (Fe3O4) biogéniques extracellulaires et les magnétosomes des bactéries magnétotactiques pour les comparer aux magnétiques abiotiques synthétisées par voies chimiques. A la recherche de critères de biogénicité, nous traquons le rapport Fe2+/Fe3+ qui conditionne les anisotropies magnétiques.

  • Aimantations thermorémanantes inverses

Certains oxydes de fer présents dans les roches naturelles (hemo-ilménites et des titanomagnétites) peuvent acquérir une aimantation thermorémanente en sens inverse du champ magnétique terrestre dans lequel les roches ont été formées, avec des conséquences majeures sur la fidélité de l’enregistrement paléomagnétique et de leurs applications en géomagnétisme et tectonique des plaques. Nous cherchons une rationalisation au niveau atomique de ce phénomène.

  • Propriétés magnétiques de la cronstedtite et fugacité d’oxygène dans la nébuleuse solaire

La cronstedtite, {Fe2+, Fe3+}3[Si, Fe3+]2O5(OH)4, est un phyllosilicate hydraté très riche en fer présent dans les chondrites carbonées (météorites primitives). La cronstedtite suggère un épisode d’altération en phase aqueuse à une époque précoce de la formation du système solaire, dans des conditions de température et de fugacité d’oxygène mal connues. Le rapport Fe2+/Fe3+ que les méthodes de minéralogie magnétiques peuvent déterminer apparaît ainsi comme un paramètre clé dans la détermination des conditions qui  régnaient lors de la formation du système solaire.

  • Magnétisme des sédiments

Les mesures magnétiques effectuées sur les sédiments marins et continentaux offrent la possibilité d’acquérir des séquences continues des variations du champ paléomagnétique et des variations paléoclimatiques et paléoenvironnementales. Nous voulons quantifier de l’impact de l’altération des minéraux magnétiques sur leur capacité à archiver le champ géomagnétique ou les variations climatiques.

Méthodes expérimentales : HR-TEM, EELS, XAS, XMCD, FORC,
Méthodes théoriques : DFT, LFM.

Catherine Dematteis - 17/02/16

Traductions :

    Egalement dans la rubrique

    Comment les bactéries contribuent au piégeage du nickel dans les sédiments des mangroves de Nouvelle-Calédonie

    La Nouvelle-Calédonie, petit archipel d’environ 20 000 km2 localisé dans le Sud-Est de l’Océan Pacifique, est le sixième exportateur de nickel dans le monde. Les activités minières exacerbent les phénomènes naturels d’érosion et de lessivage des gisements latéritiques nickélifères exploités et entrainent...

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

    Directeur de l'institut

    33 +1 44 27 52 17

     

    Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

    Attachée de direction

    33 +1 44 27 52 17

     

    Dany Thomas-Emery (danielle.thomas @ impmc.upmc.fr)

    Gestion du personnel

    33 +1 44 27 74 99

     

    Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Gestion financière

    33 +1 44 27 56 82

     

    Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Chargée de communication

    33 +1 44 27 46 86

     

    Expertise de météorites (jclorin @ mnhn.fr)

     

    Expertise de matériaux et minéraux

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016