Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - UPMC/CNRS/IRD/MNHN

Croissance protéines membranaires

Comment faire croitre des cristaux de protéines membranaires à l'interface air/eau en utilisant des lipidesfluorés ?

 

 Catherine Vénien-Bryan équipe "Structure et dynamique des protéines" - IMPMC

 

 Dans le contexte de l’analyse structurale des protéines membranaires, la cristallographie électronique de cristaux dans les deux dimensions (2D) apparaît comme une technique alternative aux techniques traditionnellement utilisées comme la cristallographie des rayons x et la RMN.

La production de cristaux 2D de très bonne qualité est l’étape préalable à la détermination de la structure à haute résolution. Une des stratégies adoptées dans notre équipe est la cristallisation 2D de protéines sous monocouche lipidique. Les protéines s’adsorbent à la monocouche de lipides, puis s’organisent en réseaux cristallins dans les 2D. Les cristaux sont ensuite transférés sur une grille de microscopie électronique.

A partir de clichés, la structure de la protéine est calculée par analyse d’images. Cette stratégie présente cependant diverses difficultés. Tout d’abord, le fait que les protéines membranaires sont insolubles dans l’eau. Cet obstacle est contourné en «enrobant» la protéine avec un détergent. Cependant, la monocouche lipidique ( lipides classiques), sur laquelle viennent s’adsorber les protéines membranaires à l’interface air/eau n’est pas stable en présence de détergent.

Ceci est résolu par l’utilisation de lipides ligand, dont les chaînes hydrophobes sont partiellement fluorées (collaboration avec le groupe de Luc Lubeau(Laboratoire de Conception et Application de Molécules Bioactives UMR 7199, université de Strasbourg-CNRS).

 

 

 

Processus de cristallisation de protéines membranaires sous monocouche de lipides fluorés. Les protéines s’adsorbent à la monocouche de lipidesfluorés puis s’organisent en réseau.

 

 

 

 

Lipide fluoré dont les chaînes hydrophobes sont partiellement fluorés;

 

Stéphanie Younes - 16/02/16

Mucoviscidose : simuler pour mieux soigner

La mucoviscidose est la plus fréquente des maladies rares, touchant principalement les fonctions respiratoires et digestives et affectant en moyenne 1 nouveau né sur 4 500 en France. Cette maladie génétique potentiellement grave est le résultat de mutations affectant la protéine CFTR (Cystic Fibrosis...

» Lire la suite

Contact

Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ impmc.upmc.fr)

Directeur de l'institut

33 +1 44 27 52 17

 

Nalini Loret (Nalini.Loret @ impmc.upmc.fr)

Attachée de direction

33 +1 44 27 52 17

 

Dany Thomas-Emery (danielle.thomas @ impmc.upmc.fr)

Gestion du personnel

33 +1 44 27 74 99

 

Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Gestion financière

33 +1 44 27 56 82

 

Cécile Duflot (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

Chargée de communication

33 +1 44 27 46 86

 

Adresse postale

Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

 

Adresse physique

Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

Université Pierre et Marie Curie - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

 

Adresse de livraison

Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

 

 

Fax : 33 +1 44 27 51 52

L'IMPMC en chiffres

L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

 

  • 40 chercheurs CNRS
  • 46 enseignants-chercheurs
  • 19 ITA CNRS
  • 15 ITA non CNRS
  • 50 doctorants
  • 13 post-doctorants
  • 12 bénévoles

 

 Chiffres : janvier 2016