Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - Sorbonne Université/CNRS/MNHN/IRD

À propos de l'ANR HARLEY

Les cyanobactéries sont des organismes photosynthétiques importants pour l'environnement qui utilisent l'énergie solaire pour fixer le CO2 atmosphérique, constituant ainsi une énorme biomasse qui soutient une grande partie de la chaîne alimentaire de notre planète. Comme cela a été récemment découvert, certaines cyanobactéries forment des carbonates de calcium amorphes intracellulaires (iACC), et accumulent des contenus intracellulaires très élevés d'éléments alcalino-terreux (AEE) tels que Ca, Sr, Ba ou Ra (Couradeau et al., 2012 ; Benzerara et al., 2014[lien 1] ). Si cette accumulation massive d'AEE intracellulaires questionne la particularité de l'homéostasie des AEE chez ces bactéries et offre des perspectives prometteuses pour remédier aux pollutions radioactives au 90Sr et 226Ra (Mehta et al., 2020[lien 2] ), les mécanismes restent inconnus. Sur la base d'une approche de génomique comparative, nous avons récemment identifié un gène de fonction inconnue qui pourrait contribuer à la séquestration de l'AEE, car il est partagé par les cyanobactéries formant des iACC et absent des autres génomes cyanobactériens entièrement séquencés. Le projet HARLEY propose de déchiffrer les mécanismes biochimiques de l'hyperaccumulation intracellulaire des AEE par les cyanobactéries formant des iACC et le rôle du gène inconnu identifié dans ce processus.

Le projet Harley sera mené par un consortium interdisciplinaire et très cohérent regroupant des compétences en biochimie, biologie structurale, biophysique, biogéochimie, génétique et physiologie des cyanobactéries. Notre programme de travail consistera à (1) caractériser in vitro les propriétés structurelles et chimiques de la protéine codée par le gène inconnu. (2) caractériser la fonction in vivo de cette protéine et son rôle dans l'accumulation de l'AEE à partir de la génétique. (3) la recherche de protéines supplémentaires impliquées dans la formation de l'iACC. En plus d'aborder la question importante de l'homéostasie de l'AEE dans ces cyanobactéries et les mécanismes biochimiques de la formation de l'iACC, les résultats du projet Harley seront d'un grand intérêt pour les biologistes structurels par la détermination de nouveaux plis de protéines et des fonctions associées ainsi que pour les cyanobactériologistes par la production de nouveaux modèles génétiques. A plus long terme, le projet Harley sera crucial pour la conception de nouveaux systèmes biomimétiques ou synthétiques utiles pour une bioremédiation efficace des pollutions par les AEE.

Début et durée du projet scientifique : Janvier 2020 - 48 mois

Coordinateur : Karim Benzerara


Liens utiles :

- Site ANR (ANR-19-CE44-0017)

- Une bactérie pour dépolluer des effluents radioactifs - Actu CNRS-INSB - 19/02/2020

- Zoom Science - Un piège bactérien à strontium et baryum - Juin 2018

- Zoom Science - Janvier 2015 - Comment les cyanobactéries du monde entier forment-elles des carbonates ?

 

Références :

“Intracellular Ca-carbonate biomineralization is widespread in cyanobacteria“
Benzerara K., Skouri-Panet F., Li J., Férard C., Gugger M., Laurent T., Couradeau E., Ragon M.,  Cosmidis J., Menguy N., Margaret-Oliver I., Tavera R., López-García P., and Moreira D.
2014, Proc. Natl. Acad. Sci. USA 111, 10933-10938

“An early-branching microbialite cyanobacterium forms intracellular carbonates”
Couradeau E., Benzerara K., Gérard E., Moreira D., Bernard S., Brown Jr. GE., López- García P.
2012. Science, 336, 459-462.

“16 S rDNA-based analysis reveals cosmopolitan occurrence but limited diversity of two cyanobacterial lineages with contrasted patterns of intracellular carbonate mineralization“
Ragon M., Benzerara K., Moreira D., Tavera R. and López-García P.
2014. Frontiers in Microbiology, 5, #331.

 

Liste des membres / Projets de recherche / Publications / Thèses de doctorat

Ouvrages et extraits / Ressources vidéo / Missions de Terrain

19/07/21

Traductions :

Egalement dans la rubrique

    Zoom Science - Une transition de phase quantique supraconducteur-isolant mesurée en deux dimensions - Juin 2021

    La transition supraconducteur-isolant en deux dimensions est un prototype de transition de phase quantique pouvant avoir lieu à très basse température, en l’absence de fluctuations thermiques, piloté par la variation d’un paramètre comme le désordre, le dopage, ou le champ magnétique. Elle est étudiée...

    » Lire la suite

    Contact

    A. Marco Saitta

    Directeur de l'institut

    marco.saitta(at)sorbonne-universite.fr

     

    Bruno Moal

    Secrétaire général

    33 +1 44 27 52 17

    bruno.moal(at)sorbonne-universite.fr

     

    Jérôme Normand

    Gestion du personnel

    Réservation des salles

    jerome.normand(at)upmc.fr

     

    Antonella Intili

    Accueil et logistique

    Réservation des salles

    antonella.intili(at)upmc.fr

     

    Ouafa Faouzi

    Gestion financière

    gestionimpmc@impmc.upmc.fr (gestionimpmc @ impmc.upmc.fr)

     

    Cécile Duflot

    Communication

    cecile.duflot(at)upmc.fr

    33 +1 44 27 46 86

     

    Expertiser une météorite

     

    Contact unique pour l'expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour élèves de 3e et de Seconde

    feriel.skouri-panet(at)upmc.fr

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Sorbonne Université - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590 - Sorbonne Université - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016