Du fer réduit en conditions oxydantes dans le manteau terrestre - Actu CNRS INSU - 13 mars 2019

Les oxydes de fer sont des constituants essentiels des intérieurs planétaires. D'après les modèles géochimiques actuels, la formation de ces oxydes est directement liée à l'activité de l’oxygène : une activité élevée favorisant la formation de fer ferrique (Fe3+), tandis qu’une activité faible induit la formation de fer à l'état ferreux (Fe2+), voire métallique (Fe0). Ce concept est aujourd’hui remis en question par une équipe franco-américaine de chercheurs, issus entre autre du Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (IMPMC, Sorbonne Université/CNRS/Muséum national d'Histoire naturelle/IRD) : celle-ci a découvert au sein du manteau terrestre du fer réduit formé dans des conditions oxydantes (FeO2Hx). Les conséquences pour les cycles internes du carbone et de l’eau pourraient être majeures.

Lire l'article sur le site de l'INSU du CNRS

 

Référence

E. Boulard, M. Harmand, F. Guyot, G. Lelong, G. Morard, D. Cabaret, S. Boccato, A. D. Rosa, R. Briggs, S. Pascarelli, G. Fiquet. Ferrous Iron Under Oxygen‐Rich Conditions in the Deep Mantle Geophysical Research Letters (2019) doi: 10.1029/2019GL081922

 

Figure : La réaction de matériel hydraté (hydrated slab), soit avec le fer métallique contenu dans le manteau inférieur, soit avec le fer métallique du noyau (core), résulte en la formation d’une phase de structure pyrite, FeO2Hx, dans le manteau terrestre (mantle).

Cécile Duflot - 14/03/19